Canette : Le plus dynamique des emballages boisson s’engage pour renforcer le tri et le recyclage !

Dossier de presse
26 juin 2019
Le secteur des canettes est pétillant ! Les premiers chiffres 2019 confirment la croissance du marché : sur les trois premiers mois de l’année, les ventes de boîtes boisson en magasins ont progressé de +6 % en valeur et de +2,2 % en volume par rapport au 1er trimestre 2018..

Il faut dire que les canettes réunissent de nombreux atouts qui plaisent aux consommateurs ! Parmi eux, leur infinie recyclabilité représente un avantage environnemental indéniable, désormais connu par 64 % des Français. Pour le faire savoir, les industriels de la boîte boisson ont lancé le logo « METAL recyclable à l’infini », adopté par un nombre croissant de grandes marques. Après Heineken et 8.6, Orangina Suntory France vient de se lancer avec son thé glacé « May Tea ». La marque fait coup double : elle adopte les canettes pour sa boisson et appose directement le logo. Une grande première puisqu’il s’agit du premier soft-drink du marché à le présenter sur ses canettes.

 

7 canettes sur 10 recyclées en France

Alors qu’aujourd’hui 7 canettes sur 10 sont recyclées en France, le déploiement de ce logo répond à l’objectif des professionnels de la boîte boisson de développer davantage le recyclage des canettes en France et ce, quel que soit le modèle de collecte choisi pour les années à venir : tri ou consigne. Pour faire avancer le débat sur ce sujet, les industriels de la boîte boisson ont décidé de sonder directement l’opinion des Français pour savoir ce qu’ils en pensent. Les enquêtes menées dans ce cadre par l’Institut CSA montrent que le tri est bien ancré dans les habitudes des consommateurs, tandis que la consigne est davantage considérée comme une contrainte.

Le tri : intégré aux habitudes des Français

Le tri est ainsi l’acte écologique pratiqué le plus assidûment par les Français, devant la réduction de la consommation d’électricité et d’eau. Quant aux consignes avec caution, leur évocation inspire certaines craintes aux consommateurs, notamment liées au stockage des emballages consignés (68 %), au coût supplémentaire généré lors de l’achat (28 %) et à leur retour au point de collecte (27 %).

Des recommandations à respecter pour une consigne réussie

C’est pourquoi les industriels de la boîte boisson préconisent une amélioration du système actuel de tri et, le cas échéant, émettent quelques recommandations en cas d’adoption de la consigne. Ils insistent notamment sur 3 points : l’intégration de l’ensemble des emballages boisson au système de consigne, la modulation du prix de la consigne en fonction du volume de la boisson achetée et l’implantation de machines à consignes dans un maximum de lieux pour faciliter le geste des consommateurs. Quant au tri, les professionnels de la canette préconisent la mise en place d’actions visant à accélérer l’extension des consignes de tri à tous les emballages, à moderniser et rationaliser les centres de tri et à développer la collecte hors domicile. C’est pourquoi les industriels ont notamment mis en place, dès 2010, un programme spécifique visant à sensibiliser les consommateurs au sujet : « Chaque Canette Compte ».

« Chaque Canette Compte » : 70 millions de canettes recyclées

« Chaque Canette Compte », qui réunit aujourd’hui 47 partenaires de collecte, est présent sur près de 2 500 sites. Depuis 2010, le programme a sensibilisé 17 millions de consommateurs et participé à près de 850 événements. Il a permis de recycler 70 millions de canettes parmi près de 5 000 tonnes d’emballages hors domicile collectés, dont plus de 2 700 tonnes certifiées par CITEO depuis 2014. D’ici 2022, Chaque Canette Compte et CITEO se sont fixés pour objectif de sensibiliser 10 millions de Français supplémentaires et de doubler le nombre de sites équipés en permanence de son dispositif de collecte ainsi que le nombre d’événements couverts. En 2019, les actions de « Chaque Canette Compte » représentent un potentiel de collecte de 2,5 millions de canettes. Le programme inaugure notamment sa présence auprès de 7Up (Pepsico) pour une grande tournée des plages dès cet été et poursuit sa collaboration sur les opérations d’échantillonnages Coca-Cola, qu’il accompagne notamment durant la Coupe du Monde féminine de football jusqu’au 7 juillet. « Chaque Canette Compte » continue également son partenariat avec le « Tour de France » où il sera présent sur certains Fans Parks et invitera les amateurs de cyclisme à participer à la création d’une oeuvre monumentale : un « pixelcan », tableau géant constitué de canettes.

INFOGRAPHIE

[MARCHÉ]

 

LES CANETTES : L’EMBALLAGE BOISSON RECYCLABLE À L’INFINI GAGNE DU TERRAIN EN FRANCE

 

Source : IRI – Hypers et Supermarchés + Hard Discount + magasins de proximité

Premières tendances 2019 : accélération

de la croissance du marché des canettes en France
D’après les premiers chiffres de l’année 2019, la croissance des canettes s’accélère en France. Sur les trois premiers mois 2019, les ventes de boîtes boisson en magasins gagnent + 6 % en valeur et +2,2 % en volume par rapport au 1er trimestre 2018.
Sur l’ensemble des conditionnements utilisés pour les bières et les soft-drinks, la canette représente 22,7 % de part de marché en volume au 1er trimestre 2019. Une proportion qui est en hausse de +1,3 point par rapport à l’année 2018, grâce aux soft-drinks qui constituent le moteur de ses performances.2
Pour rappel, sur l’ensemble de l’année 2018, les ventes de canettes en magasins ont enregistré une hausse de +1,3% en valeur par rapport à 2017 et de +0,1% en volume. Sur leurs marchés de prédilection – bières et soft-drinks / Energy drinks – les canettes de 50 cl et de 33 cl ont détrôné en 2018 les formats familiaux en plastique PET pour monter sur la deuxième marche du podium, juste derrière le verre en 25 cl.

Les canettes : succès en Europe et dans le monde

En Europe, il s’est vendu environ 69,3 milliards de canettes en 2018. Un nombre en progression de +3% vs 2017. Dans le monde, il s’en vendu environ 335 milliards et, d’après les estimations, le marché enregistre une croissance annuelle de +2% à +4% sur 5 ans (2015 – 2020). Il faut dire que les canettes s’inscrivent résolument dans l’air du temps grâce à leur infinie recyclabilité : un atout indéniable pour la préservation de l’environnement. Elles sont ainsi au coeur de l’actualité et des innovations : 56% des nouvelles boissons lancées aux USA sont par exemple aujourd’hui proposées en canettes, contre 35% en 2015.

Soft-drinks : les canettes continuent de gagner du terrain

 

En magasins, les consommateurs achètent de plus en plus leurs soft-drinks en canettes. Les premiers chiffres de l’année 2019 confirment cette tendance. Ainsi, alors que les ventes des soft-drinks enregistrent un recul de -1,6 % en volume sur la période de début avril 2018 à fin mars 2019 par rapport à la même période de l’année précédente, les canettes gagnent quant à elles +2,7 % sur cette catégorie.
En effet, les canettes ont réussi à susciter l’intérêt des consommateurs des nouvelles boissons tendances comme le thé glacé (+14,4 % de ventes en volume pour les canettes sur la période de début avril 2018 à fin mars 2019 par rapport à la même période de l’année précédente), les Energy drinks (+7,6 %), la limonade (+8,8 %) ou les boissons sportives.
La part de marché de la canette sur ce marché a gagné +1,1 point sur le 1er trimestre 2019 par rapport à la même période de l’année précédente, pour atteindre 19,5 %.

Bières : près de 30 % des volumes vendus en canettes

 

Au 1er trimestre 2019, les Français ont acheté 29 % de leurs bières en canettes pour leur consommation à domicile. Sur l’année 2018, cette part de marché s’élevait à 25,8 %.
Le marché de la bière gagne +1,2 point en valeur sur la période de début avril 2018 à fin mars 2019 par rapport à la même période de l’année précédente, mais il enregistre un repli de -0,9 point en volume sur la même période.
Ce repli peut s’expliquer par le glissement de la consommation vers les bières de spécialités et les « craft beers » (lancées par les petits brasseurs traditionnels indépendants), pour lesquelles les faibles quantités de production nécessaires au démarrage peuvent être contraignantes pour des lancements en canettes. Cependant, dès que les volumes sont au rendez-vous, la canette retrouve toute son attractivité. Ainsi aux États-Unis, la canette se développe très rapidement sur le marché des « craft beers » grâce à la créativité qu’elle offre aux brasseurs pour exprimer leur univers et grâce à son principal atout environnemental : l’infinie recyclabilité !

Le format 33 cl : champion des canettes en France

En magasins, les canettes sont majoritairement vendues en format 33 cl. Sur l’année 2018, elles représentent 61% des boîtes boisson achetées. Le format 33 cl est suivi du 50 cl (27%), tandis que les plus petits formats représentent, quant à eux, 7% pour le 15 cl et 5% pour le 25 cl.
Par ailleurs, la canette est très appréciée dans le rayon boissons, où ses formats 50 cl et 33 cl se positionnent en 2018 respectivement à la 2e et 3e place du podium des meilleurs chiffres d’affaires. Depuis 2017, le marché français a adopté la forme élancée pour les boîtes 33cl et 25 cl et ce format spécifique représente déjà près de 50% du marché.

Toutes les boîtes boisson en progression dans les magasins de proximité

 

En 2018, les canettes sont particulièrement dynamiques dans les magasins de proximité, où elles font figure de moteur grâce à leurs atouts de praticité et de fraîcheur. Leurs ventes en volume progressent de +2,4% pour les bières et de +3% pour les soft-drinks. Les ventes de bières en canettes sont en particulier sur-représentées dans les commerces de proximité. En effet 41% des volumes de bière achetées dans les magasins de proximité le sont en canettes alors que la part de marché des canettes sur les volumes de bière est de 26%. Sur le 1° trimestre la part de marché des canettes en magasins de proximité est passée à 43%.

 

[ENQUÊTE]

 

LE TRI ANCRÉ DANS LES HABITUDES DES FRANÇAIS ET UNE CONSIGNE JUGÉE CONTRAIGNANTE

Source : enquête quantitative CSA menée pour le GIE La Boîte Boisson du 12 au 20 mars 2019 auprès d’un échantillon représentatif de 1010 Français âgés de 18 à 65 ans.
Source des encadrés : étude qualitative CSA menée pour le GIE La Boîte Boisson en février 2019 auprès de deux groupes de 7 à 8 Français âgé de 30 à 55 ans : l’un à Tours et l’autre à Paris

Le tri : la pratique écologique la plus assidue

Le tri est, de loin, la pratique écologique la plus appliquée avec assiduité par les Français. Le tri des déchets ménagers concerne ainsi la quasi-totalité de la population : 98 % disent le pratiquer. Une majorité d’entre eux, 83%, déclarent trier leurs déchets de façon systématique ou presque et 15 % occasionnellement. Ils sont seulement 2 % à ne jamais les trier.
Si la réduction de la consommation d’électricité est également pratiquée par 98 % des Français, seuls 63 % disent le faire de façon systématique ou presque tandis qu’ils sont 35 % à l’appliquer de façon occasionnelle.
En 3e position, 93 % des Français s’appliquent à réduire leur consommation d’eau : 59 % de façon systématique ou presque et 38 % occasionnellement.
Le tri sélectif : moyen jugé le plus efficace pour améliorer le recyclage…
Une fois les principes de la consigne avec caution et la consigne solidaire expliqués, le tri sélectif reste le moyen jugé le plus efficace pour améliorer le recyclage d’après 39 % des Français. Il est suivi de la consigne avec caution (36 %) puis de la consigne solidaire (25 %).

Bon à savoir

La consigne avec caution : avec ce dispositif, les emballages seraient consignés. L’acheteur devrait payer une caution au moment de l’achat, augmentant le prix de vente du produit. Cette caution lui serait rendue lorsque l’emballage serait retourné dans un point de collecte.
La consigne solidaire : il s’agit d’un système de collecte des emballages avec gratification. Si l’emballage usagé est rapporté dans un point de collecte, le consommateur pourrait soit recevoir un bon d’achat (1 à 2 centimes) à utiliser dans le magasin où se situe le point de collecte, soit choisir de faire un don utilisé pour une grande cause liée à l’environnement, la santé ou la solidarité.
… parce que c’est le seul à s’intégrer naturellement au quotidien et perçu comme le moins contraignant
Pour recycler les déchets, les Français préfèrent le système du tri à celui des consignes. En effet, 76 % considèrent qu’il s’intègre dans le quotidien, contre 42% pour la consigne solidaire et 35 % pour la consigne avec caution. Ils pensent également que le tri est le mieux placé pour recycler un grand nombre d’emballages (70 % vs 57 % pour les consignes). Enfin, le tri est la pratique jugée la moins contraignante : seuls 18 % des Français la jugent contraignante contraignante, contre 33 % pour la consigne solidaire et 48 % pour la consigne avec caution.

Avis de consommateurs

La consigne avec caution jugée contraignante :
• Le coût supplémentaire à l’achat est un vrai point négatif pour la majeure partie des participants. Même si l’argent est récupéré à terme, l’avance des frais est critiquée et le remboursement paraît être une étape encore mal définie.
• Pas de valeur ajoutée perçue : les participants ne comprennent pas le bénéfice de ce système de consigne avec caution par rapport au tri sélectif. Pour eux, le fait de payer plus cher et de devoir se déplacer pour être remboursé est essentiellement vécu comme une contrainte.
La consigne : un imaginaire positif qui fait écho à celui utilisé jadis pour le verre
Le système de la consigne est déjà connu des Français : 88 % d’entre eux en ont déjà entendu parler. Parmi eux, 62 % disent savoir de quoi il s’agit et 26 % confient ne pas le savoir exactement.

 

La consigne : une méthode de recyclage reconnue

Dans une large majorité (85 %), les Français s’accordent à dire que la consigne est un système de collecte qui permet de mieux recycler les emballages.
Pour eux, il s’agit également d’un système qui se limite uniquement à la prise en charge des emballages consignés (77 %) et ils l’assimilent à un système qui réemploie les emballages après nettoyage (62 %). Ils sont également nombreux à penser que les emballages concernés peuvent être rapportés dans n’importe quel lieu de collecte (57 %).

Stockage et coût : les deux principaux freins à la consigne

Parmi les éléments constituant des freins à l’adoption de la consigne, le stockage à domicile arrive en tête des citations : les 2/3 des Français (66 %) mentionnent cet argument pour la consigne avec caution et 56 % pour la consigne solidaire. En 2e position, le coût supplémentaire à l’achat est une préoccupation pour 28 % des Français en ce qui concerne la consigne avec caution, juste devant la contrainte liée au retour des emballages au point de collecte.

Le prix : critère de choix n°1 des emballages boisson

Lorsque les Français achètent une boisson, hormis les critères liés à son type et à son goût, ils s’attachent en tout premier lieu à son coût d’achat. 59 % des Français disent en effet prêter attention à son prix, devant la composition (50 %) ou encore la marque (41 %). La recyclabilité de l’emballage n’est citée que par 15 % des consommateurs de boisson.

En bref : la consigne vue par les consommateurs

La consigne : une image spontanée positive qui s’estompe
au fur et à mesure des explications.
Des explications seront donc nécessaires si elle doit être mise en place.

[POINT DE VUE]

UN TRI EXISTANT À AMÉLIORER ET UNE POTENTIELLE CONSIGNE À ADAPTER

 

Un système de tri à améliorer

Comme le montrent les résultats des enquêtes menées par l’Institut CSA, le tri est résolument ancré dans les habitudes des Français. Les professionnels sont favorables à améliorer ce système pour développer le recyclage des canettes. En effet, si près de 7 canettes sur 10 sont aujourd’hui recyclées, il en reste encore 3 sur 10 à inclure dans l’économie circulaire.
→ 2 Français sur 10 en attente d’informations sur le système de tri existant
Les Français sont 20 % à se déclarer insuffisamment informés sur le tri sélectif actuel. Ils sont une large majorité, 89 %, à attendre des informations sur les bonnes pratiques à adopter, en particulier sur les consignes de tri et l’identification des déchets à trier. En travaillant notamment au déploiement du logo « METAL recyclable à l’infini », les professionnels de la boîte boisson contribuent à répondre à cette demande clé.

→ Le tri sélectif : un système à améliorer pour 4 Français sur 10

Les Français sont près de 4 sur 10 (39 %) à estimer que le tri sélectif actuel pourrait être l’objet d’améliorations pour optimiser le recyclage. Parmi eux, au moins 6 sur 10 pensent qu’il faudrait harmoniser le tri sélectif sur le territoire (67 %), c’est-à-dire partager les mêmes consignes de tri, qu’il serait bon de rappeler les bonnes pratiques à adopter (64 %) et qu’il faudrait mieux identifier les emballages recyclables (62 %). Ils sont également plus de la moitié à estimer qu’il faut développer le tri sélectif au sein des entreprises (58 %), sensibiliser sur le tri et l’impact environnemental (57 %) et mieux informer sur le devenir des emballages recyclés (55 %). Autant de points sur lesquels les industriels de la boîte boisson travaillent en partant à la rencontre du grand public avec leur programme de collecte « Chaque Canette Compte ».

Des pistes de travail à explorer pour optimiser le tri

À l’écoute des consommateurs et des professionnels du marché, les industriels de la boîte boisson proposent des pistes de travail afin d’améliorer le tri existant pour développer le recyclage. Ils préconisent en particulier :

• L’accélération de l’extension des consignes de tri à tous les emballages afin de ne plus en exclure certains et ainsi faciliter le geste des consommateurs.
• Le développement de la collecte hors-foyer.
• La modernisation et la rationalisation des systèmes de tri et des équipements des centres de tri pour séparer de façon efficace les différents types de déchets et maximiser le recyclage. Il s’agit notamment de développer la présence d’équipements de type « séparateur à courant de Foucault » dans les centres de tri pur optimiser le captage des canettes en aluminium pour recyclage. La machine permet en effet, par champ magnétique, de séparer automatiquement l’aluminium des autres types d’emballages.

Des projets pour développer le recyclage

La Boîte Boisson est engagée depuis 10 ans dans le #ProjetMétal, au sein du CELAA (Club de l’emballage léger en aluminium et en acier) pour la collecte, le tri et la revalorisation des emballages en aluminium et en acier de toute taille. Aujourd’hui, pour atteindre les objectifs européens et français, il est possible d’aller plus vite. C’est le sens du soutien de CITEO aux collectivités qui modernisent leurs centres de tri en intégrant le « Projet Français ». Les aides public-privé permettent d’améliorer substantiellement l’essor de la Responsabilité Élargie des Producteurs (REP). Le Projet s’est largement développé et couvre aujourd’hui 14 millions de Français.
De plus, les industriels de la boîte boisson vont développer plusieurs projets visant à améliorer le taux de recyclage des canettes en France, en collaboration avec France Aluminium Recyclage et ArcelorMittal :
• L’étude du cycle de vie de la canette en hors domicile : depuis l’achat jusqu’à sa fin de vie. En effet, chaque année, environ 1 milliard de canettes sont consommées en extérieur et le taux de recyclage reste faible. L’idée est de mieux cerner les points faibles pour agir plus efficacement tout au long de la chaine.
• L’expérimentation dans de grandes villes de nouveaux moyens de collecte hors domicile avec de nouveaux bacs, davantage de poubelles de tri, etc.
• Une meilleure prise en compte des tonnages de canettes réellement recyclées en centre de tri. Les tonnages de mâchefers extraits en France proviennent de la fraction supérieure à 10 mm. Les plus petites fractions ne sont pas toujours bien comptabilisées et les professionnels souhaitent mieux les estimer.
• La réalisation d’un audit de l’ensemble des volumes de métal collectés pour recyclage, actuellement mal comptabilisés, notamment mieux prendre en compte le circuit des ferrailleurs.

Un schéma de consigne à adapter

Si la consigne est adoptée, les professionnels de la boîte boisson préconisent d’adopter certaines mesures afin de faciliter son appropriation par les consommateurs, comme :
• L’intégration de l’ensemble des emballages boisson dans le système de consigne.
En effet, dans un environnement où les bouteilles en verre ne seraient pas concernées par la consigne et donc par la hausse du prix d’achat dû au montant de la consigne, la canette serait en situation délicate notamment sur le marché de la bière. Ce marché est en effet essentiellement partagé entre bouteilles en verre (72 % des bières vendues en GMS et magasins de proximité de début avril 2018 à fin mars 2019) et boîtes boisson (25,5 %). EN GMS, 40 % des volumes de canettes vendues sont des bières.
La modulation du prix de la consigne en fonction des formats des emballages boisson achetés.
Dans le marché des soft drinks si on appliquait un montant de consigne identique quel que soit l’emballage et sa contenance (comme c’est le cas par exemple en Allemagne), les petits conditionnements subiraient une forte augmentation faciale du prix consommateur et notamment la canette. Dans notre tableau nous avons pris comme hypothèse un montant de consigne de 15ct : ainsi le prix d’une bouteille en plastique de 1,5l. (tout type de marché confondu) augmenterait de 12 %, passant de 1,29 euros à 1,44 euros (source IRI 2018 à 0,86 €/l), tandis qu’un pack de 6 canettes de 33 cl bondirait de +33%, de 2,73 euros à 3,63 euros (source IRI 2018 1,38 €/l), si la consigne était appliquée à chacune des 6 canettes.
• Le déploiement par les metteurs en marché d’automates à consignes dans un maximum de lieux de consommation.
• Le développement d’une puissante campagne d’information auprès des consommateurs sur le fonctionnement de la consigne en mettant en avant la restitution de l’argent consigné au moment du retour de l’emballage.

[LOGO]

 

« METAL RECYCLABLE À L’INFINI » : UN LOGO EN VOIE DE GÉNÉRALISATION POUR FAIRE CONNAÎTRE L’ATOUT ENVIRONNEMENTAL DES CANETTES

 

 

 

Un nouveau logo lancé par les industriels de la Boîte Boisson

Pour mieux faire connaître l’infinie recyclabilité des canettes aux consommateurs, les industriels de la Boîte Boisson ont lancé le logo « MÉTAL recyclable à l’infini » à apposer directement sur l*es canettes.
En France, les marques de bières sont les premières à s’être lancées : Heineken est la première grande marque à l’avoir adopté dès 2018, suivie de 8.6 en début d’année 2019. Beaucoup d’autres marques de boissons ont prévu de les rejoindre dans les mois à venir.

Printemps 2019 : la saison des premières

 

De nombreuses boissons inaugurent l’arrivée du pictogramme sur leurs canettes durant ce printemps. C’est notamment le cas des bo
issons « Marque Repère » de Leclerc, premier distributeur du marché à adopter le logo « METAL recyclable à l’infini » sur ses canettes dès le mois de mai.
[RECYCLAGE]

DÉJÀ PRÈS DE 7 CANETTES SUR 10 RECYCLÉES EN FRANCE !

Les Français conscients de la recyclabilité des canettes
Source : enquête La Boîte Boisson / CSA – avril 2019

Contact presse

Pour plus d’informations, demande de visuels, contact pour interview, lieux de reportage, n’hésitez pas à contacter :

ADOCOM
11, rue du Chemin Vert
75011 PARIS
Tel : 01.48.05.19.00
Fax : 01.43.55.35.08
Email : adocom@adocom.fr

NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter et restez informés de toutes les actualités du marché de la boîte-boisson

s'abonner

Ce site utilise des cookies pour vous offrir la meilleure expérience de visite

J’aCCEPTE